Douleur

L’endométriose : diagnostic d’une maladie peu reconnue

Encore inconnue il y a quelques années, la maladie de l’endométriose est aujourd’hui sur toutes les bouches et pour cause, elle touche pas moins de 10% des femmes dans le monde. Pourtant, elle est loin d’être maîtrisée par la médecine actuelle et garde beaucoup de mystères. Quand une femme se plaint de douleurs lors de ses menstruations, elle n’est malheureusement pas souvent prise au sérieux et pourtant, 1 femme sur 10 a ce trouble réel. Tu as des douleurs insupportables lors de tes règles et tu as beau changer de pilule ou de moyen de contraception, la situation ne s’améliore pas ? Tu en es peut-être, toi aussi, touchée. Mais c’est quoi au juste ?

Une maladie très complexe

L’endométriose se traduit par différentes « malformations » de l’utérus qui complique tout le cycle de menstruations. Il en existe 3 formes différentes :

  • l’endométriose péritonéale : la présence d’endomètre (muqueuse utérine) à la surface de la membrane qui retient toute la cavité abdominale.
  • l’endométriose ovarienne : la formation d’un kyste brunâtre dans l’ovaire.
  • l’endométriose pelvienne profonde : des lésions d’au moins 5mm de profondeur dans la cavité pelvienne, que ce soit les ligaments utérins, le vagin, l’intestin, la vessie… beaucoup d’organes peuvent être touchés.

Cause et symptômes

C’est une maladie principalement génétique : tu as malheureusement plus de chance de l’avoir si une femme de ta famille en est touchée. Elle peut aussi être déclenchée par des causes hormonales à l’adolescence ou même parfois après la trentaine. Il reste cependant difficile d’identifier un facteur-clé qui serait la cause de cette maladie qui est pourtant très courante.

Tu peux la déceler facilement : si tu as de terribles douleurs au niveau du bassin à l’approche de ou pendant tes règles, il est important d’aller consulter au plus vite pour que des examens soient faits.

Traitement

Il existe aujourd’hui des traitements pour diminuer la douleur, voire la faire totalement disparaître. Des médicaments peuvent bloquer la production d’hormones féminines mais cela aura un impact sur le cycle féminin naturel. Selon l’emplacement des lésions, des opérations peuvent également être menées pour enlever les parties endommagées.

Malheureusement, l’endométriose est parfoissynonyme d’infertilité : entre 30 et 40% des cas ne pourront pas avoir d’enfant de manière naturelle et d’autres pourraient être plus facilement sujette à une fausse-couche. Il est donc important de contacter un médecin pour mettre le doigt sur le problème et avoir toutes les cartes en main pour rester en meilleure santé possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.